Les réponses actuelles face aux problèmes à fort enjeu sont insuffisantes. Nous avons besoin de changer de lunettes pour surmonter les difficultés et surtout traiter la complexité. En abandonnant le modèle traditionnel, la routine, les certitudes et les idées toutes faites, la pensée binaire et cartésienne, il s’agit de redonner sa noblesse à la réflexion collective qui permettra la prise de décisions à la hauteur des enjeux !

Vous avez déjà entendu parler de mondialisation, de globalisation ou de ruptures, eh bien, la complexité résulte de l’addition des trois … et de bien d’autres réalités.

Nous venons d’un monde stable, celui des nations bien identifiées, géré par deux blocs et matérialisé par la guerre froide … Jusqu’en 1989. Depuis, on a vécu la mondialisation et la globalisation, et on assiste, urbi et orbi, à une sorte d’émiettement : il s’agit d’une inquiétante réalité.

Voilà pourquoi on parle d’un monde VICA ! Schématiquement, le monde stable va de la fin de la seconde guerre mondiale aux années 90. Et nous sommes depuis, entré dans un monde, dans des environnements complexes, avec le cumul des effets de la mondialisation, de la globalisation et des ruptures en cours.

La mondialisation : On assiste progressivement à l’ouverture des frontières, au renforcement des échanges, à la délocalisation des emplois, à l’abaissement des coûts, à la perte d’identité et aux variations de niveaux de vie, positives ou négatives, au profit des pays en développement.

La globalisation : l’espace se rétréci, la planète devient minuscule. Les frontières s’effacent (ou se renforcent), le temps s’accélère, le travail et les relations sont de plus en plus interconnectés.

Les ruptures décrites par les prospectivistes : elles nous bousculent car elles sont simultanées, cumulatives et irréversibles. Elles touchent à tous les secteurs d’activité et, surtout, aux comportements de Hommes.

Les réponses actuelles face aux diverses crises sont insuffisantes. Nous avons besoin de redonner du sens pour surmonter les difficultés et surtout traiter la complexité. En abandonnant les idées dogmatiques et préconçues, la pensée binaire et cartésienne, inciter à la réflexion par une prise de recul favorisant une large ouverture.

Pour aller plus loin : www.jcdusdsaucy.fr